Tediber n'est plus compatible avec votre navigateur web.
Nous vous conseillons d'utiliser un des navigateurs suivant Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge

Découvrez pourquoi la pleine lune empêche de dormir

Découvrez pourquoi la pleine lune empêche de dormir

Source de mystère depuis la nuit des temps, la lune a généré de nombreuses croyances populaires. Une idée répandue voudrait que l’on dorme moins bien les soirs de pleine lune. Contre toute attente, la science a pu valider et expliquer en partie pourquoi la pleine lune empêche de dormir.

Lire la suite

1. Effet de la pleine lune : de simples croyances ?

De nombreuses rumeurs courent autour de la lune, et notamment à propos des différents phénomènes que l’on associe aux nuits de pleine lune. Souvent racontées par nos grands-mères, ces histoires ont pendant longtemps été jugées comme dénuées de fondement sur le plan scientifique. Parmi les croyances les plus connues, on peut citer le fait que la pleine lune nuirait à la qualité du sommeil, que les femmes auraient tendance à accoucher en plus grand nombre à cette occasion, que les animaux deviendraient soudain plus violents ou que des pics de criminalité surviendraient au cours de ces nuits où la lune est ronde.

Découvrez l’incroyable matelas Tediber

Les études statistiques ont démontré qu’il n’en est rien quant aux accouchements, à l’agressivité des animaux ou aux délits, qui ne connaissent pas de hausses particulières en fonction des phases de la lune. En revanche, la corrélation entre le cycle lunaire et le sommeil ne semble pas totalement à écarter. Plusieurs études ont pu mettre en avant des résultats intéressants, qui tendraient à prouver que l’on dort moins bien quand la lune est pleine.

2. Pourquoi la pleine lune joue sur le sommeil ?

Les chercheurs se sont penchés plus précisément sur cette question au cours des 20 dernières années. L’une des études pionnières dans ce domaine a été effectuée entre 2000 et 2003 par Christian Cajochen et ses collègues au sein de l’université de Bâle. Les chercheurs suisses ont voulu tester les effets de plusieurs paramètres sur le sommeil d’un groupe de 33 volontaires ayant entre 20 et 74 ans. Parmi ces éléments, le cycle lunaire a été pris en compte au moyen d’un protocole expérimental strict. Les volontaires ont passé ainsi 64 nuits dans une chambre insonorisée et sans lumière, avec des groupes commençant à dormir à différents moments du cycle lunaire. Les résultats obtenus se sont révélés tout à fait étonnants. L’électroencéphalogramme des patients a montré que leur phase de sommeil profond a connu une baisse de 30 % quand la lune était pleine. Au final, 15 % des participants ont estimé avoir moins bien dormi ces nuits-là, avec un sommeil raccourci de 20 minutes en moyenne. Dans le même temps, les chercheurs ont pu constater une diminution notable des sécrétions de mélatonine, une hormone qui favorise notre rythme biologique. Le taux normal de 8 pg/ml a été réduit de moitié les nuits où la lune était ronde.


Si ces résultats ont surpris, c’est parce qu’aucune étude jusque-là n’avait pu mettre en évidence le lien entre la qualité du sommeil et le cycle lunaire. Les scientifiques ont avancé l’idée que chaque être humain pourrait posséder une horloge biologique calquée sur les phases de l’astre lunaire. Ce phénomène a pu être mis en lumière chez plusieurs espèces invertébrées. Il pourrait s’agir d’une particularité comportementale remontant à la Préhistoire, période où l’être humain devait vivre en tenant compte de la luminosité naturelle. Des études à plus grande échelle n’ont pas encore été menées pour éprouver cette hypothèse.

D’autres chercheurs voient seulement dans cette dégradation du sommeil un phénomène de conditionnement basé sur les croyances populaires. Si vous vous attendez à moins bien dormir les nuits de pleine lune, vous pourriez vous mettre dans une situation telle qu’il apparaît plus difficile de trouver le sommeil. De la même façon, des causes purement psychosomatiques peuvent inciter certaines femmes à faire le choix inconscient d’accoucher un soir de pleine lune.

3. Pleine lune et sommeil : des conseils pour bien dormir

L’influence de la lune sur les insomnies, le stress ou la libido n’a pas été prouvée sur le plan scientifique. Tout comme l'astre joue sur le phénomène des marées en vertu de la loi de la gravitation, pourrait-il être responsable de nos nuits difficiles ? Même si des données objectives manquent en réalité pour trancher sur ce point, il n’est pas inutile d’envisager des traitements faciles et pratiques à mettre en œuvre pour mieux dormir les soirs de pleine lune. Il existe un intérêt légitime à mettre en place de bonnes pratiques pour bénéficier d’un sommeil réparateur à tout moment comme un rituel du coucher. Si vous avez tendance à être victime de réveil nocturne durant ces périodes, vous pouvez utiliser des solutions douces pour une meilleure gestion de votre sommeil.

La valériane est une plante dont les vertus sédatives en font un parfait tranquillisant naturel. Vous pourrez la prendre en décoction pour profiter de ses propriétés apaisantes, en mélangeant une cuillerée à café de racines de valériane dans une tasse d’eau que vous mettrez à bouillir puis à infuser pendant une dizaine de minutes. En buvant ce breuvage avant de vous coucher, vous devriez vous endormir bien plus facilement. Une autre solution consiste à ingérer de la valériane concentrée sous forme d’ampoule ou de gélule. Pour diminuer le risque de mal dormir les nuits de pleine lune, les personnes dites « luno-sensibles » peuvent adopter de bonnes habitudes. Vous pourrez boire du thé vert à la place de l’alcool, réaliser la journée des activités physiques comme la course afin d’être plus fatigués, manger de manière légère et privilégier les occupations calmes en soirée, en évitant les écrans si possible. Une fois que vous vous serez mis dans des conditions optimales pour vous endormir, le cycle lunaire ne devrait plus vous poser de problème particulier.

Retour à : Tous nos conseils, astuces et infos sur le sommeil