Origines et traitements des troubles du sommeil chez l’enfant

Origines et traitements des troubles du sommeil chez l’enfant
Temps de lecture : null minutes - 11/08/2022 - Julien SYLVAIN

Chez le nourrisson, l’enfant et l’adolescent, de nombreux troubles peuvent venir altérer la qualité du sommeil. Il est important d’en connaître à la fois les types, les causes et les traitements. Un point complet autour des troubles du sommeil chez l’enfant s’impose alors.

Lire la suite

Trouble sommeil enfant

I. Qu’est-ce que les troubles du sommeil chez l’enfant ?

A. Identifier les troubles du sommeil

Chez les plus jeunes, les difficultés à s’endormir sont un problème fréquent. Des réveils nocturnes ou des insomnies sont toujours possibles, provoquant ensuite de la somnolence diurne et de l’irritabilité.

Pour les parents, il est important de parvenir à identifier ces situations et à leur trouver des solutions adaptées afin qu’elles ne nuisent pas au développement de l’enfant.

On parle de troubles du sommeil dans plusieurs cas de figure. Ces épisodes peuvent survenir lorsqu’un enfant a du mal à trouver le sommeil, connaît des réveils nocturnes ou se lève plus tôt qu’il ne devrait.

Les éveils soudains peuvent être dus à des rêves, des cauchemars ou des terreurs nocturnes. Ces cas sont souvent bénins, mais il est nécessaire pour les parents de rester vigilants, surtout si de jeunes enfants sont touchés.

B. Les phénomènes les plus courants

Tous les évènements qui surviennent durant la nuit ne sont pas des troubles du sommeil pour autant.

Les rêves et les cauchemars sont des phénomènes normaux intervenant durant les phases de sommeil paradoxal. Importants pour la mémorisation, ils n’empêchent en rien un enfant de dormir correctement.

En revanche, si des cauchemars répétés sont à signaler, des problèmes plus profonds peuvent en être à l’origine, comme une anxiété causée par des problèmes à l’école.

Il ne faut pas confondre les cauchemars et les terreurs nocturnes. Celles-ci arrivent dans le sommeil profond, moins de 3 heures après l’endormissement de l’enfant. Il va alors être en sueur, s’agiter beaucoup et parfois crier pendant le sommeil avant de retrouver le calme.

Le lendemain, il ne se souviendra de rien, mais ces crises peuvent engendrer une fatigue importante dans la vie de tous les jours.

Traitement trouble sommeil enfant

C. Les parasomnies

Les troubles du sommeil recouvrent également la catégorie des parasomnies. Il s’agit d’un ensemble de phénomènes pouvant être musculaires, vocaux ou sensoriels, qui vont émailler le sommeil d’un enfant.

Ces comportements sont sans danger, mais les plus graves comme le somnambulisme sont en mesure d’entraîner des complications (notamment le risque de chute ou de blessure).

Les parasomnies sont caractérisées par un état d'éveil dissocié. Bien que pouvant apparaître comme impressionnantes, elles demeurent bénignes.
Des parasomnies différentes peuvent avoir lieu selon la phase du sommeil concerné, à la fois pendant le sommeil lent profond (durant le premier tiers de la nuit) et le sommeil paradoxal (au cours de la seconde partie de la nuit).

II. Les principaux troubles du sommeil

Il existe de nombreux troubles capables d’affecter le sommeil des enfants comme des adolescents. En parvenant à identifier ces problèmes, vous serez en mesure de leur apporter des solutions adaptées permettant de retrouver un sommeil réparateur.

A. L’insomnie

L'insomnie est un trouble qui peut dégrader fortement la durée et la qualité du sommeil. Elle touche en moyenne un enfant de moins de 5 ans sur 3.

Les nuits sont plus courtes et donc peu réparatrices. Elles peuvent être entrecoupées d’éveils successifs ou bien marquées par de longues périodes sans parvenir à trouver le sommeil.

traiter trouble sommeil enfant

B. Les difficultés d’endormissement

Les difficultés d’endormissement sont monnaie courante pour les enfants comme pour les adultes. Quand une personne n’arrive pas à trouver le sommeil en moins de 30 minutes, on considère qu’il s’agit d’un trouble du sommeil.

Plusieurs causes peuvent en être à l’origine comme un rythme décalé (l’enfant se couche et se lève tard), une peur du noir ou une stimulation excessive (exposition aux écrans).

C. Les réveils nocturnes

Entre 9 mois et 3 ans, une majorité d’enfants connaît des réveils nocturnes. Des études ont démontré qu’à cet âge les jeunes enfants se réveillent 3 fois par nuit en moyenne.

Les bébés parviennent en général à se rendormir rapidement. Des cas plus gênants d’éveils confusionnels peuvent aussi survenir, avec des crises allant jusqu’à 30 minutes mêlant pleurs et geignements.

D. L’hypersomnie

En matière de troubles du sommeil, l’hypersomnie est un phénomène bien plus rare. Elle se caractérise par un sommeil excessif et perturbé.

En conséquence, des phases de somnolence dans la journée sont à redouter. Il est déconseillé d’avoir recours à des siestes pour répondre au besoin de sommeil : elles ne feraient que nuire au rythme circadien de l’enfant. Quand des endormissements surviennent en journée, on parle de narcolepsie.

Découvrez la lit enfant Tediber

E. Le somnambulisme

Ce trouble est plutôt rare chez les nourrissons. On estime en revanche que les enfants somnambules représentent 10 à 15 % des 4-12 ans.

La déambulation nocturne automatique se présente sous la forme d’épisodes durant jusqu’à 20 minutes. Si ce phénomène est récurrent, il est important de consulter un spécialiste.

F. Les terreurs nocturnes

Durant le sommeil profond, des terreurs nocturnes peuvent gêner le sommeil des enfants et des adolescents.

Une forte agitation et des signes de frayeur, comme une accélération de la fréquence cardiaque, des hurlements et des sueurs, sont à signaler. Ce phénomène apparaît souvent avant les 4 ans des enfants.


G. Parasomnies diverses

D’autres phénomènes relevant des parasomnies peuvent être mis en avant. Parmi ces troubles, la somniloquie (le fait de parler en dormant) est plus fréquente qu’on ne le pense. Un enfant aura tendance à prononcer des mots en lien avec les évènements vécus durant la journée.

Des rythmies du sommeil peuvent également avoir lieu. Au moment de l’endormissement ou pendant la nuit, des mouvements répétitifs, comme un balancement de la tête ou du corps, ont alors lieu.

Ce phénomène concerne les bébés à partir de l’âge de 6 mois. Il faut surtout veiller à ce que les mouvements n’amènent pas le nourrisson à se cogner la tête contre les barreaux du lit en prévoyant une protection adéquate. Le plus souvent, ces rythmies disparaissent vers l’âge de 4 ans.

Le grincement de dents pendant la nuit ou le bruxisme est un autre phénomène très courant chez l’enfant. Les dents du bas frottent sur celles du haut, causant un grincement très bruyant qui ne le réveille pourtant pas. Cette situation est en général temporaire, mais peut causer une usure de la dentition. N’hésitez pas à consulter un dentiste si le phénomène persiste.

Une parasomnie récurrente chez nombre de jeunes enfants est l’énurésie, ou le fait de mouiller son lit enfant. Dans l’immense majorité des cas, ce trouble n’est que passager et sans conséquence pour le développement.

symptomes trouble sommeil bebe

III. Les symptômes de ces différents troubles

Pour comprendre et identifier les pathologies du sommeil, il est important de bien différencier les cas.

En matière d’insomnies, on rencontre les troubles de l’initiation du sommeil, qui sont plus fréquents chez les enfants de moins de 3 ans, et les troubles du maintien du sommeil.

Pouvant affecter le comportement des jeunes enfants comme des adolescents, ces troubles ont des symptômes différents selon les âges.

A. Troubles du sommeil chez les bébés

Dès la naissance, les nourrissons peuvent avoir un sommeil perturbé. Il est fréquent que les bébés connaissent des éveils physiologiques brefs pendant la nuit, en général après une phase de sommeil paradoxal.

Il est nécessaire que l’enfant apprenne à retrouver le sommeil naturellement seul et ne soit pas systématiquement accompagné par un adulte.

Pour les parents, il est donc indispensable de prendre de bonnes habitudes en la matière et d’habituer le bébé à se rendormir sans que leur présence soit indispensable.

B. Troubles du sommeil chez l’enfant

Lorsque l’enfant grandit, il peut être sujet à de nouveaux troubles durant le sommeil. C’est à partir de l’âge de 4 ans que se manifestent ainsi les premières difficultés d’endormissement.

Pour de multiples raisons, un enfant peut refuser de se mettre au lit, éprouver de l’anxiété à l’idée de se retrouver seul ou chercher par divers moyens à retarder l’endormissement. Les insomnies deviennent plus fréquentes à cet âge par ailleurs.

C. Troubles du sommeil chez les adolescents

Les problèmes de sommeil chez les 10-15 ans sont relativement proches de ceux rencontrés à l’âge adulte. Le fait d’avoir du mal à s’endormir va de pair avec des réveils nocturnes, des réveils matinaux précoces et un sommeil insuffisamment réparateur, source de fatigue.

Ce syndrome d’insuffisance de sommeil peut conduire à un retard de phase à la puberté, avec une tendance accrue à se coucher tard (après minuit) et à se lever tard également.

Un déficit de sommeil peut avoir un impact négatif sur l’humeur et les résultats scolaires, ce phénomène n’est donc pas à prendre à la légère.

lit enfant tediber

IV. Origines et traitements des troubles du sommeil de l’enfant

A. Les causes d’un sommeil perturbé

Les troubles du sommeil demeurent courants chez les enfants. Environ 25 % des moins de 6 ans sont concernés, 10 % des 6-12 ans et 15 % des adolescents.

De prime abord, il est difficile de déterminer les causes d’un trouble du sommeil. Beaucoup de parasomnies sont à la fois difficiles à diagnostiquer et d’une origine floue.

Des cauchemars ou des difficultés d’endormissement peuvent être causés par des horaires de coucher irréguliers, des infections ORL, des troubles digestifs, une mauvaise literie ou des problèmes dans la vie quotidienne (à l’école ou dans la famille).

Le fait de boire trop d’eau le soir provoque une tension de la vessie susceptible d’entraîner des problèmes pour s’endormir. Les changements dans l’environnement sont une cause fréquente d’insomnie.

Des prédispositions génétiques favorisent aussi l’apparition de diverses parasomnies. Les facteurs extérieurs comme la fatigue, la fièvre, le bruit, le stress ou les douleurs dues à une activité physique intense sont à souligner.

L’insomnie peut enfin avoir des raisons plus profondes, comme une origine psychiatrique (dépression) ou des causes organiques (troubles respiratoires ou neurologiques).

B. Les solutions à mettre en œuvre

Différentes actions sont envisageables pour soulager les troubles du sommeil de l’enfant. Il est recommandé de chercher à identifier les facteurs externes pour les résoudre rapidement. Instaurer des règles autour du sommeil est en outre une bonne idée.

Avoir un rituel du coucher est un bon moyen pour éviter les insomnies, de même qu’un lit d’enfant de qualité. Un parent peut lire une histoire ou proposer une activité calme avant de dormir, puis laisser la veilleuse allumée jusqu’à une heure précise. Ce rituel propre à chaque enfant facilite l’endormissement et va sommeil-profond" .text-secondary}.

Parmi les cas à surveiller, on peut mentionner les enfants connaissant un ronflement anormal. Pouvant indiquer un trouble respiratoire, cette tendance implique de consulter un professionnel de santé.

Certains enfants peuvent être touchés par le syndrome d'apnée du sommeil. Une prévalence de ce trouble est observée en cas d’asthme ou de reflux gastro-œsophagien. Ce syndrome affecte entre 2 et 4 % des enfants et demande là encore une consultation auprès d’un médecin.

← Tous nos conseils, astuces et infos sur le sommeil

L'auteur : Julien SYLVAIN

Avec plus de 13 ans d'expérience dans la literie et le textile, Julien a aiguisé sa connaissance des matériaux et des produits. Il n'a pas son pareil pour déjouer le vrai du faux dans les arguments marketing.

Lire ses autres articles
← Retrouver l'équipe de rédaction