Identifier et guérir le trouble du rythme circadien

Identifier et guérir le trouble du rythme circadien
Temps de lecture : null minutes - 17/08/2022 - Julien SYLVAIN

Les rythmes de veille et de sommeil sont essentiels pour notre santé. Dicté par notre horloge interne, le rythme circadien peut être perturbé, entraînant ainsi de nombreuses conséquences néfastes au quotidien. Le trouble du rythme circadien peut cependant être traité.

Lire la suite

1. Qu’est-ce que le trouble du rythme circadien ?

On parle de troubles du rythme circadien veille-sommeil (TRCVS) pour désigner la désynchronisation qui peut survenir entre les cycles internes de veille et de sommeil. Des patients touchés par ce phénomène souffrent alors d’insomnies ou de somnolence diurne jusqu’à ce que l’horloge interne finisse par se synchroniser à nouveau. Située dans notre cerveau, l’horloge biologique définit notre rythme circadien. Elle est présente au sein de chaque espèce vivante. Chez l’être humain, elle se compose d’un ensemble de 20 000 neurones appartenant aux deux noyaux suprachiasmatiques de l’hypothalamus. Variable sur une période de 24 heures, l’activité électrique qui en émane détermine notre rythme biologique. Chez la femme, le rythme circadien est légèrement plus rapide, de 6 minutes en moyenne.

Dans les faits, l’horloge centrale peut être ajustée par des synchroniseurs externes comme l’exposition à la lumière, les horaires des repas ou les activités réalisées. Lorsqu’une personne n’est plus alignée avec le cycle classique de lumière et d’obscurité, des troubles du rythme circadien du sommeil peuvent survenir. Cette désynchronisation est souvent causée par le décalage horaire et le travail à horaires décalés. Se réveiller à des heures habituelles peut alors devenir très difficile. De bonnes habitudes et des traitements adaptés, parfois à l’aide de médicaments, sont en mesure d’assurer à nouveau la synchronisation de l’horloge interne et de guérir ces troubles.

Ces dernières années, la chronobiologie (l’analyse de nos rythmes biologiques) a fait de grands progrès. Étudiée par l’Inserm notamment, elle a permis de mettre au point la chronothérapie, ou chronopharmacologie, une méthode qui a démontré une efficacité accrue pour certains médicaments en fonction de leurs horaires d’administration.

2. Les types de troubles du dérèglement du rythme circadien

A. Trouble du décalage horaire

Ce problème est lié aux voyages entre deux ou plusieurs fuseaux horaires. Entraînant fatigue et désorientation momentanée, il se soigne de lui-même en quelques jours. Le syndrome du décalage horaire, parfois appelé “jet lag” peut également s'accompagner d’une irritabilité. Avant de partir en voyage, reposez-vous bien, essayez de vous coucher plus tôt et de vous lever plus tôt, et limitez votre consommation de café.

B. Trouble du travail en poste

Le trouble du sommeil du travailleur posté ( TSTP) est un trouble du sommeil du rythme circadien. Contraignant au quotidien, ce trouble qui se caractérise par un décalage dans les habitudes de sommeil, concerne les personnes qui pratiquent le travail de nuit et ne s’alignent plus avec le monde extérieur. Des horaires atypiques qui touchent de nombreuses professions : infirmier, police, pompier, hôtesse de l’air, agent d’entretien, garde d’enfant… Le temps de sommeil peut être raccourci et la qualité du sommeil amoindrie. Le problème est plus fréquent encore si les horaires de travail changent régulièrement. Les personnes atteintes de ce trouble souffrent d’insomnie, de somnolence, de problèmes de concentration, des troubles de l’humeur et parfois de dépression. Le TSTP peut aussi entraîner des risques de maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du diabète et des accidents domestiques ou de la route.

C. Trouble de la phase de sommeil retardée

Fréquent chez les adolescents, ce trouble survient lorsque des personnes prennent l’habitude de se coucher tard entre 1h et 4 heures du matin et de se lever tard en fin de matinée ou en début d’après-midi. Il devient alors plus difficile de s’endormir tôt au quotidien. Chez l’adulte, ce syndrome peut perturber la routine et la vie professionnelle. Il existe des traitements pour soigner ce trouble comme la luminothérapie par exemple.

Découvrez l’incroyable matelas Tediber

D. Trouble de la phase de sommeil avancée

Il s’agit de l’exact opposé de l’affection précédente, avec des réveils précoces chez des individus se couchant tôt. Les personnes âgées sont les plus exposées.

E. Inversion du rythme nycthéméral

Bien plus grave, cette pathologie consiste à dormir la journée et rester éveillé la nuit. Elle peut toucher les personnes souffrant de troubles psychiatriques. Les perturbations des fonctions biologiques provoquées entraînent un état d’hébétude et de confusion. Il est important de procéder à un traitement sans attendre.

3. Identifier un rythme circadien anormal

Une dérégulation de l’horloge biologique peut survenir de plusieurs manières. Des causes internes peuvent en être à l’origine, comme des lésions cérébrales dues à une infection cérébrale, un AVC, un traumatisme crânien ou une pathologie grave comme la maladie d’Alzheimer. Certaines personnes peuvent aussi manifester une insensibilité au cycle jour/nuit. Les causes externes sont bien plus répandues et peuvent être solutionnées plus simplement. On peut citer les horaires irréguliers de travail, l’endormissement et le réveil à des heures variables, le fait d’être alité durant une longue période ou les effets secondaires de certains médicaments.

Pour établir un diagnostic de TRCSV, les médecins étudient les symptômes des patients et se basent sur les informations figurant dans le journal de sommeil qu’ils leur demandent de tenir. Afin d’obtenir un diagnostic sûr, les tests du sommeil en laboratoire représentent un grand intérêt. L’actimétrie, à travers la mesure de nombreux paramètres enregistrés pendant plusieurs jours en portant un petit boîtier au niveau du poignet, est l’une des méthodes les plus efficaces pour identifier ces problèmes de sommeil.

Il est important de traiter ces pathologies avec attention. Le lien entre un rythme circadien déréglé et l’augmentation du risque de troubles cardiovasculaires a été établi de longue date.

4. Les traitements possibles en cas de trouble du rythme circadien

Des recommandations simples permettent de traiter les cas les plus courants. Une alimentation à heures fixes, se coucher et se lever à des horaires normaux, laisser pénétrer la lumière du jour dans la chambre, éviter une exposition prolongée aux écrans le soir, pratiquer une activité physique la journée sont de bons moyens de diminuer le risque possible de dérégulation de l’horloge biologique interne. Pour les cas plus sérieux, la photothérapie constitue à l’heure actuelle la méthode la plus indiquée. Aussi appelée luminothérapie, cette technique peut guérir les perturbations de notre horloge centrale via l’exposition à une lumière intense durant 30 à 60 minutes à un horaire défini à l’avance selon chaque personne.


La prescription de médicaments peut également permettre de résoudre les troubles du dérèglement du rythme circadien. Des somnifères à effet court peuvent stimuler le cerveau et faciliter le sommeil, en particulier en cas de trouble du travail en poste. Un comprimé de mélatonine pris avant de se coucher réduit en outre les effets du décalage horaire. Pour les personnes aveugles dont le rythme circadien est perturbé, le tasimelteon est un médicament efficace.

← Tous nos conseils, astuces et infos sur le sommeil

L'auteur : Julien SYLVAIN

Avec plus de 13 ans d'expérience dans la literie et le textile, Julien a aiguisé sa connaissance des matériaux et des produits. Il n'a pas son pareil pour déjouer le vrai du faux dans les arguments marketing.

Lire ses autres articles
← Retrouver l'équipe de rédaction